Archives du mot-clé humeur

Je suis seule …

A consommer avec modération

Et je sais pourquoi… Absurde de prendre cette photo de bière pour illustrer cet article alors que je ne bois jamais de bière en solo au bar, mais soit…

Je vous vois venir, vous pensez tout de suite à mon célibat. Vous n’avez pas tout à fait tort, MAIS, il n’y a pas qu’en amour que je suis seule. Dans ma vie de tous les jours également.

Je vous vois venir de nouveau, vous allez me dire que j’ai mes deux zouaves qui remplissent bien mon 60m2 parisien.  Certes.  Lire la suite

Publicités

Humeur du mois de Juillet

Juillet 2018, impossible de ne pas mettre en avant la victoire de la France, Championne du monde de football ! 20 ans après la folie 1998, quelle joie de revivre ce moment ! Juillet 2018, c’est aussi les nouveaux locaux de ma société, le traditionnel 14 Juillet, les bières en terrasse…
Lire la suite

Humeur du mois de Juin

Comment ça, nous sommes déjà le Premier Juillet ? Le temps a filé trop vite ce mois de Juin 2018, entre les divers problèmes au bureau et la préparation du déménagement de la société, mes problèmes de coeur (pour qui le mois de Juin est devenu très difficile), et la coupe du monde de foot, le temps est passé à 100000 à l’heure.    Lire la suite

Constat d’échec

Je vous ai sevré de mes billets d’humeur ces derniers temps, hormis des petits mots mensuels. C’est que je n’ai pas énormément de choses à vous raconter ces derniers temps. Je n’avais pas très envie de vous rabâcher les mêmes maux qui tournent en boucle ces derniers longs mois. Et puis cette semaine, j’ai eu un gros ras le bol monstrueux au boulot. Lire la suite

Humeur du mois de Mai

De retour pour un mois qui a finalement été bien rempli (les jours fériés y ont surement contribué). Le challenge Bewalk nous a forcé à marcher le week-end avec les enfants, on a donc joué un peu les touristes à Montmartre (et au Marché Saint Pierre), ce qui explique la photo de l’article, et on s’est instruit à la cité des Sciences.  Coté musique, Jean-Louis Aubert nous a fait une jolie surprise. Et la rubrique « Amours mortes » risque d’être présente mensuellement.

Lire la suite

Humeur du mois d’Avril

Puisque je vous donne de mes nouvelles désormais à peu près tous les mois, me voilà décidée à mettre en place un billet d’humeur par mois. Je verrai si cela tiendra, mais en voici le premier (et peut être dernier ? ) numéro. Au programme ce mois-ci, la fin de Nolife, un petit séjour à DisneyLand Paris avec mes zouaves, et mes amours mortes.

Lire la suite

J’ai abandonné

Ah, ah, je  vous vois venir, vous pensez que je vais vous parler de mes déboires amoureux. Absolument pas. Si vous êtes des fidèles, vous savez déjà que je fais quelques courses à pied. Je ne me proclame absolument pas sportive, je m’en sers essentiellement comme défouloir et comme envie d’un peu me dépasser. Je cours un peu moins d’une fois par semaine, et ça me suffit pour avoir déjà atteint comme objectif les 20 kms de Paris (deux fois, même). Pas mal, non ? (j’aime bien le dire et le redire, histoire de me faire mousser). Lire la suite

Elle

Elle est totalement perdue. Egarée dans sa vie sentimentale. Ses débuts de nuit ne sont qu’histoires inventées où elle s’imagine reconquérir son amoureux. Quoiqu’il se passe, ses histoires se terminent par un bisou passionné qui la plonge dans un sommeil profond. Sommeil qui se transforme en cauchemars sans cesse renouvelés, à manquer un train, à ne jamais arriver à destination, … Lire la suite

Lui

Un rayon de soleil emplit mon salon. Mais quel est ce doux rêve qui me réveille de mon hibernation ? Vais je devoir me bouger ? J’étais si confortable sous mon plaid dans mon canapé si accueillant. L’hiver permet de se faire oublier, et j’avais bien réussi, non ? Limite, vous m’aviez oubliée , non ?

Lire la suite

Mon bilan 2017

Septième bilan pour Lavisdejo ! C’est de plus en plus compliqué. Certaines choses sont simples, comme mon classement de films, ma passion indestructible. D’autres, comme mon bilan personnel, sont de plus en plus difficiles à vous conter. Car année après année, je vous ai confié mes peines, mes déceptions, mes espoirs, et là, il ne me reste plus rien. Mais ne spoilons pas ce bilan, je vous laisse le découvrir.  Lire la suite