« Deux moi » de Cédric Klapisch

Rémi et Mélanie sont deux trentenaires parisiens esseulés, vivant dans le même quartier de Paris. ils se croisent mais ne se rencontrent pas. Elle, se gave d’applications de rencontres, lui, se contente de petits riens. On leur conseille d’aller voir des thérapeutes pour s’aimer mieux et réapprendre à aimer. Et se retrouver sur le même chemin ?

Si vous me suivez attentivement, vous connaissez déjà mon admiration pour Cédric Klapisch, mon réalisateur français préféré. Et ce film représente tout ce que j’aime en lui (et qu’il aime filmer) : Paris et les relations humaines (ces anciens thèmes ressurgissant partiellement, notamment Chacun cherche son chat et Paris). Très enthousiaste d’aller voir ce film accompagnée de mon amoureux, le début du film me sembla un peu long, mais une fois prise au coeur par ces 2 êtres en mal-être (et si proches de ce que nombre de parisiens ont déjà connu une fois au moins dans leur vie, y compris moi), l’histoire se déroule sans accrocs, avec les petites pastilles d’humour habituelles. On rêverait tous de rencontrer cet épicier, si tendre et si humain, tenu par Simon Abkarian. L’essentiel du casting est connu des fidèles, François Civil et Ana Girardot, déjà présents dans le précédent film Ce qui nous lie , campe deux célibataires tellement réalistes. Le très fidèle Zinedine Soualem (présent dans quasiment tous les films de Klapisch, si je ne me trompe pas) cotoie des nouveaux comme Camille Cottin (héroïne de 10 pour cent, série imaginée par le même réalisateur),  et Eye Haïdara (formidable dans le sens de la fête).

Certains pourraient penser qu’il ne se passe rien dans ce film, mais ce sont ces petits riens qui forment une vie. Je comprendrais cependant que ce film nous parle plus, à nous, pauvres parisiens, si seuls parmi la foule immense, prêts à tout pour rencontrer du monde. J’ai, pour ma part, fini par rencontrer mon âme soeur, très loin de ces applications de rencontre, qui nous rapproche des autres, en nous éloignant de ce que nous sommes vraiment.

Une fois de plus, Cédric Klapisch réussit donc à exposer un sujet qui me colle à la peau, avec son talent artistique scénarisitique, bien sûr, mais également aussi bien visuel que sonore, ce que l’on attend de lui, avec bonheur !

Note : 8/10

 

4 réflexions sur « « Deux moi » de Cédric Klapisch »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.