« Crash Test Aglaé » de Eric Gravel

Suite à une enfance un peu compliquée, Aglaé s’en est sortie avec de la volonté, mais une tendance psychorigide très marquée. Lorsque ses collègues lui apprennent la délocalisation de son usine de crash test en Inde, elle ne se sent la force que d’accepter sa mutation, au grand dam des syndicalistes. Marcelle et Liette décident de la suivre, l’une par désoeuvrement, l’autre par l’envie de s’éloigner de son cadre de vie. Les cadres n’acceptant pas de leur payer le billet d’avion, elles décident de partir à bord de la vieille voiture de Marcelle. Les voilà parties pour un road-trip, pas très organisé. Mais trouveront-elles sur le chemin ce qu’elles souhaitaient ?

J’avoue être allée voir ce film suite à quelques critiques positives, car ni la bande annonce, ni le thème, ni le titre ne m’attiraient. Seules les têtes d’affiche promettaient de passer un bon moment. Et puis, en voyant la durée du film à 1h25, je me suis dit que je pouvais tenter. (Vous imaginez mon engouement ? Typiquement le genre de films que je peux aller voir avec une carte illimitée).

Bref, laissons de coté les à-priori, et laissons nous entraîner dans cette comédie sociétale. Elle démarre plutôt bien, même si tout n’est que cliché, les trois actrices (India Hair, déjà remarquée dans Camille redouble, l’épatante Yolande Moreau et la toujours très touchante Julie Depardieu) nous font sourire, parfois rire. On a hâte de partir en voyage avec elles. Le personnage de Marcelle (Yolande Moreau) est haut en couleurs, et c’est une vraie réussite. Celui de Liette est plus conventionnel, mais Julie Depardieu lui donne tous ses atouts avec succès (et quels atouts !). Mais l’essentiel du film repose sur le personnage d’Aglaé, et son road movie qui nous en envoie pleins les yeux. Les paysages sont somptueux, mais l’histoire s’essouffle.

Le thème de « la quête de soi » est un thème qui résonne fortement en chacun d’entre nous. En cela, le film est réussi. Cependant, à valser entre comédie, critique sociétale sur la mondialisation, et road movie initiatique, celui-ci nous perd au fur et à mesure. Et qu’elles m’ont semblé longues, ces si petites 85 minutes. Je n’ai malheureusement pas accroché, et ce ne sont pas les cinq dernières minutes de conclusion qui rattraperont l’affaire. Malgré de nombreuses qualités, je n’ai pas accroché à ce film.

Note : 5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s