« Rogue One : A Star Wars Story » de Gareth Edwards (II)

069648-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxLorsque Galen Erso, brillant scientifique, se fait arrêter par l’Empire, afin de concevoir leurs armes de destruction, sa petit fille, Jyn Erso, s’enfuit pour rejoindre Saw Gerrera, l’un des chefs des résistants. Elle apprendra à se débrouiller seule. Des années plus tard, auteur de plusieurs méfaits, les Rebelles la récupèrent et décident de l’envoyer voir Saw afin de pouvoir prendre contact avec son père, et, officiellement, de réussir à l’exfiltrer. Le capitaine Cassian Andor va l’accompagner dans cette aventure.

Les zouaves étant partis se reposer dans une contrée lointaine, petit plaisir personnel avec le tout nouveau Star Wars. Pour reprendre le contexte, nous nous situons entre le 3ème et le 4ème épisode de la saga. Une partie de cette histoire est d’ailleurs résumée dans le texte prologue du 4ème épisode (le premier Star Wars, en fait). Tout le monde suit ?

Tous les codes de cet épisode sorti en 1977 sont repris dans cet épisode, les tenues, les couleurs, les vaisseaux. Pas de surenchère dans les effets spéciaux, Dark Vador est de retour. Quelques apparitions nous rappellent l’univers original, mais il s’agit essentiellement de l’histoire de quelques rebelles, et en particulier de Jyn Erso, jeune femme de caractère et de volonté. Felicity Jones est parfaite dans ce rôle. A ses cotés, elle peut compter sur de chouettes coéquipiers, le capitaine Andor (Diego Luna), K-2SO (qui nous fait penser à nos droïdes préférés), le pilote Bodhi Rook (Riz Ahmed), le guerrier aveugle Chirrut (Donnie Yen), admirateur de l’ancien ordre Jedi et son protecteur Baze Malus (impressionnant Jiang Wen).

Passées les dix premières minutes un peu difficiles à ingurgiter (un paquet de petites scènes et de lieu pour nous situer), les deux heures restantes passent à la vitesse de l’hyper-espace. On retrouve l’univers que l’on aime, les batailles, la guerre, les rivalité de pouvoir de l’Empire, l’espoir de l’Alliance Rebelle, un peu de croyance dans la Force.

La fin est poignante et très émouvante. Cependant, peu de nouveautés, de surprises, ce petit plus qui aurait valu au film un qualificatif d’exceptionnel. Il plaira bien évidemment à la majorité des immenses fans de Star Wars, dont je fais partie, surtout qu’il comble l’espace entre deux épisodes, et nous révèle une partie des mystères de l’Etoile Noire. Ce ne sera pas un immense film, mais un très bon divertissement.

Note : 8/10

Publicités

3 réflexions au sujet de « « Rogue One : A Star Wars Story » de Gareth Edwards (II) »

  1. baboo76wp

    Mouais, moi j’ai plutôt été déçu. Les images sont belles, on a des effets spéciaux, des batailles, la Force, Dark Vador , … , mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, donc le film m’a paru un peu fade.Un épisode dont ils auraient pu se passer à mon avis. (Attention, je ne dis pas que le film est mauvais, mais on s’attend à plus en allant voir un Star-Wars) J’ai préférer regarder quelques passages de la rediffusion de l’ensemble des épisodes sur canal ce week-end avec l’épisode VII pour finir et rester sur une meilleure impression que ce Rogue One.

    Répondre
  2. Ping : Mon bilan 2016 | lavisdejo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s