Festival RockEnStock de Châlons en Champagne

IMG_7966Quand on aime, on ne compte pas… ni le nombre de concerts, ni les kilomètres. Et le rock, on l’aime. Et Manu, on l’aime à la folie. Alors un festival qui réunit Manu et une affiche bien rock, un week-end disponible, et hop : train, hôtel, on motive les copains, et on y go ! Même à Chalons-en-Champagne ! Je ne pourrai pas vous faire un petit topo sur cette ville, étant donné que je n’ai vu que la gare, un hôtel, un bar, un horodateur (où il faut saisir son numéro de plaque d’immatriculation), et le cirque de Chalons (construit en 1899, habituellement résidence du centre national des arts du cirque) et pour l’occasion, le lieu du festival RockEnStock.

Bien évidemment, je n’aurais jamais connu son existence si Manu n’y avait pas été invitée. Grosse erreur ! Ce petit festival (petit par la taille) a été une véritable réussite. Plateau d’une exceptionnelle qualité, organisation au top, ambiance très bonne enfant, la joie était dans les coeurs , le rock dans les veines de toutes et tous.

Nous avions réussi à constituer une belle bande de doux dingues de la street-team pour y faire la fête (rassurez vous les absents, vous étiez dans nos coeurs). Après s’être fait remarqués en arrivant en bande à l’entrée du lieu, direction l’achat de jetons, passage désormais quasi obligé dans les festivals pour obtenir sa ration de bières, et pouvoir atteindre le bar (parait il que l’on peut avoir d’autres boissons ou nourritures avec…). Premier verre à la main, les premières notes se font entendre, direction l’arène du cirque afin d’assister au set de Mia Wallas, vainqueur du tremplin de ce festival. Ils ont gagné, à juste titre, le droit de nous entrainer dans leur set plein d’énergie. Excellent moment, avec une reprise de Noir Désir, « Comme elle vient », quasi parfaite. La soirée commence donc de fort belle manière. Petit passage par le bar (il fait chaud dans ce cirque). La punkaravane sur la petite scène nous abreuve également de bon son durant ce changement de plateau.

Et c’est au tour de Toybloïd d’investir la scène. La chanteuse se dénomme Sirkis, Lou Sirkis. Ca ne vous dit rien ? C’est la fille de Stéphane Sirkis, le frère de.. Le groupe a donc déjà eu le privilège de faire de grandes scènes dont le Stade de France. Ca impressionne un peu ? Le son est délicieusement rock, les filles (Lou donc, et Madeleine à la basse) envoient du bois. Très belle  énergie, belle voix, bon style, le sourire, rien à redire, elles méritent leur place. Elles ont conquis bon nombre d’entre nous.

Retour par le bar pour un… coca. Tout le monde est surpris, mais je sais que la scène se prépare pour Manu, et j’anticipe la déshydratation possible. Bien sûr, j’en renverse un peu (ce qui ne m’arrive jamais avec le doux breuvage), et vite je file sur le devant de la scène (j’avais mandaté mes potes pour me garder ma place, non mais !) On est plus que prêt, on enchaine les selfies les plus pourris, et Manu arrive. C’est parti pour une heure de folie, de douceur, de rock, de poils qui se dressent, d’émotions à fleur de peau, de pleurs, de joie. Notre bande de warriors assure à la perfection (Laurent Duval  à la basse, Thierry Nirox à la batterie et Matt « main cassée » Murdock à la guitare), et Manu resplendit. Moment d’intense émotion sur GoodBye, hommage aux Chamberlin (Micka et Yann). Le doublé désormais mythique « Quand l’herbe nous dévore / Je n’veux pas rester sage » fait vibrer le public tout entier (et les nombreux t-shirt Dolly qui avaient fleuris dans l’arène). Mon genou n’y résistera pas, sur un saut malencontreux, il rencontre le devant de la scène et engendrera un énorme bleu. Un souvenir de plus, s’il en était besoin, de cette splendide soirée. Bien sûr, parfois les copains se font remarquer avec des « A poil » intempestifs.

Fin de ce set, la scène se préparera désormais pour les Von Pariahs, sans nous, puisque nous attendons Manu et toute sa bande au merchandising et au bar. Les sourires, les câlins s’échangent, les bisous, les confidences, des fous-rires aussi. Photos par dizaines (floues, non cadrées, têtes monstrueuses). On me prend un verre au bar, que je refuserai cordialement. Osez penser que l’on m’a proposé un coca, en boisson de fin de concert. Ce jeune (?) homme s’exécutera rapidement pour m’offrir finalement une bière. Ouf, l’honneur est sauf !

Il est maintenant temps de retrouver l’hôtel (même si ce ne fut pas simple car la conductrice avait des soucis avec sa droite et sa gauche, et comptait nous amener dans une voie sans issue, spéciale dédicace), avec un sourire qui ne s’effacera pas durant 2 jours complets, des souvenirs pleins la tête, et le bonheur d’avoir partagé ça entre amis. J’ai du le dire au moins 10 fois sur ce blog, mais je le redirai encore et encore : Manu est un rayon de soleil assez incroyable, un aimant à aimer, et qui nous rend cet amour, le rock à l’état pur, dans un gant de velours.

Merci aux organisateurs de ce festival, rien à redire, un sans faute généralisé ! Merci aux amis de me faire vivre ce genre de soirées inoubliables, et qui donne envie de répandre de l’amour, des câlins, et des bisous. Merci à Manu et toute sa bande pour leur accueil et le partage.

A très vite pour de nouvelles aventures.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Festival RockEnStock de Châlons en Champagne »

  1. e

    Tu as « oublié » de nous dire que tu confond le café et le chocolat….Bon c’est vrai que ce ne sont pas des VRAIES boissons………….

    Répondre
  2. francky

    Rien à redire sur notre soirée et ce festival qui nous a tous donné la pêche, nous à permis de bien rire et de se retrouver la team avec nos fous rires, notre complicité !!!!! et mes enfants en redemande !!!!

    Répondre
  3. ticha

    Que cela fait du bien de lire ttes ces lignes , des mois de boulot pour une soirée énorme! On est tellement heureux de partager cela avc un public de folie! Merci de nous encourager à remettre ça l année prochaine! Le staff rockenstock. Let’s go Rock!!

    Répondre
  4. Ping : Mon bilan 2016 | lavisdejo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s