« L’Hermine » de Christian Vincent

282684.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLe président Racine a une réputation rude, de jugement à 2 chiffres. Il va devoir orchestrer le procès d’un père, accusé d’avoir tué son bébé de 7 mois, à coups de rangers. Dans le jury, il reconnait une femme qu’il a aimée. Il va tenter de s’en rapprocher.

Peut être est-ce l’enchainement des concerts, ma vie en dents de scie actuelle, ou bien tout simplement le manque de rythme de ce film, mais j’avoue m’être endormie à 4-5 reprises. Difficile alors de donner un avis complet, mais ce qui me gène le plus dans ce film est qu’il joue sur plusieurs tableaux, sans vraiment s’y attarder à chaque fois. Mélanger l’histoire d’amour de ce président et l’accusation de ce père me pose problème. D’ailleurs, au final, le verdict est survolé. Heureusement, l’interprétation est plutôt bonne, avec du Lucchini habituel, les parents Victor Pontecorvo et Candy Ming, fabuleux, une Corinne Masiero, naturelle comme à son habitude, mais cela ne suffit pas à ce film. Le miracle du couple réalisateur/acteur de « la discrète » n’a pas eu lieu cette fois ci.
Reste une jolie chanson, « Dreamers » de Claire Denamur.

Note : 5/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « « L’Hermine » de Christian Vincent »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s