« The Lobster » de Yorgos Lanthimos

431326.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLorsque l’on est célibataire, on est amené dans un Hôtel particulier, où l’on a 45 jours pour trouver un partenaire. Sinon, on est transformé en animal de son choix. David y entre avec son frère, déjà transformé en chien. Ses seules options, trouver une femme ou s’enfuir, et se retrouver dans le camp des Célibataires. Mais cette issue est elle meilleure ?

Thème très étrange d’un film à l’ambiance fantatisque, primé à Cannes par le « prix du Jury », « The Lobster » est définitivement un film atypique. Ambiance froide, musique redondante, atmosphère cynique, ce film part du principe de « qui se ressemble, s’assemble »… ou pas. L’idée originale, drôle, de la dictature du couple dans la société, s’épuise au bout d’une demie-heure, pour s’embourber et finir en queue de poisson. Du sang, de la vulgarité, des scènes cruelles, violentes parsèment ce film avec quelques pastilles d’humour. Et de la longueur également. J’avoue avoir décroché à un moment. Bizarrement (mode ironie), c’est Léa Seydoux qui a ouvert la porte pour laisser mon esprit vagabonder. Son inexpression chronique et mon allergie à cette demoiselle m’ont assommée. Au final, à part quelques scènes qui risquent de me faire cauchemarder, rien ne marquera mon esprit. Un film digne du festival de Cannes.

Note : 4/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « « The Lobster » de Yorgos Lanthimos »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s