« Life » de Anton Corbijn

089995.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLe jeune acteur James Dean vient de tourner « A l’est d’Eden » d’Elia Kazan. Il n’est pas encore connu, mais pressenti par Nicholas Ray pour être le premier rôle de « La fureur de vivre ». C’est lors d’une soirée de ce dernier qu’il rencontre Dennis Stock, jeune photographe ambitieux, rêvant de publier dans le magazine Life. Il détecte rapidement les capacités de cet acteur, et sa possibilité de devenir une star. Il va alors s’atteler à lui proposer un reportage photo. Double deal qui leur permettrait une ascension vers la notoriété. 
Autant vous le dire tout de go, James Dean est L’IDOLE de ma jeunesse. La photo ci dessous était un poster affiché sur le mur de ma chambre. Bien avant que je ne vois un seul de ses films (il n’en a fait que 3 aussi, pas facile), ce jeune homme m’attirait irrésistiblement. Son destin brisé à l’âge de 24 ans me fascinait.

james_dean15

Je ne connaissais rien de ce photographe, bien que ses photos soient mondialement connues. Ce film n’est pas précisément un biopic puisqu’il ne couvre que quelques semaines de la vie de James Dean, cet instant entre 2 films, où la Warner tente de le faire rentrer dans le star system, et où il s’amuse à ne rien faire de ce qui est écrit. Plutôt que de faire une série d’interviews, il préfère rentrer chez lui, accompagné de Dennis, qui en tirera une série de photos magiques.

Chouette idée donc, que ce film. Malheureusement, le scénario est trop faible, le rythme trop lent, et l’acteur Dan DeHaan interprétant James Dean n’étant pour ma part absolument ni crédible, ni sexy, ni charismatique, ni magnétique.  Cela a réellement handicapé mon plaisir d’en apprendre plus sur mon idole, d’autant que le photographe est interprété par Robert Pattinson, que je ne porte pas vraiment dans mon coeur (quoi que là, finalement, il n’est pas si mal, face à Dan DeHaan).

L’image et la photographie en font toutefois une belle oeuvre, mais nous ne pouvons pas en attendre moins de la part d’Anton Corbijn, photographe mondialement connu. J’ai apprécié le générique de fin qui dévoilent les vraies photos prises durant cette période filmée. Mais je pleure toujours la mort de ce « Rebel without a cause ».

Note : 6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s