« Ricki and the Flash » de Jonathan Demme

040687.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRicki est rockeuse depuis des années. Elle a notamment délaissé ses enfants et divorcé de son mari pour poursuivre son rêve. Elle a du mal à joindre les deux bouts, mais rien ne lui ferait changer de vie. Lorsque son ex mari l’appelle pour lui apprendre le divorce et la dépression de sa fille, elle décide de revenir dans sa famille, prête à devoir se battre pour retrouver un peu sa place de mère.

Comédie ultra légère et ultra classique à l’américaine, ce film ne vaut essentiellement que pour une très grande actrice, Meryl Streep, absolument impressionnante, dans cette rockeuse un peu perdue dans le rôle prédéfini de maman qui ne lui convient pas. De nombreux morceaux rocks sont joués, avec la différence de gouts entre jeune et vieux public, la faible audience d’un bar de quartier, la nostalgie (avec le vinyle ressorti d’une caisse à souvenirs), tout ce qui peut alimenter le quotidien de musiciens plus vraiment à la mode, mais qui veulent continuer à vivre de leur art. Le film est plutôt sympathique, mais les clichés ternissent un peu son image, et le scénario est un tant soit peu faiblard.
Dommage, il aurait pu avoir une très bonne presse de ma part, vu le sujet initial. Il donne en tout cas une belle énergie, et c’est déjà bien !

Note : 6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s