« La Belle Saison » de Catherine Corsini

464808.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDans les années 70, Delphine est fille d’agricultrice. Elle mène très bien les travaux à la ferme, mais décide de monter à Paris, afin de s’émanciper. Elle tombe alors par hasard sur un groupe de féministes convaincues, qui l’entraine dans des réunions et des manifestations pour le droit de la femme. Elle fait alors la connaissance de Carole, dont elle tombe rapidement amoureuse. Cette dernière, en couple avec Manuel, lâche tout pour suivre Delphine, obligée de retourner sur ses terres.

Une histoire de Femmes, avec un grand F. Plongeons dans les années 70, où rien n’est acquis pour les droits de la femme. Où l’écart de perception des femmes est un véritable gouffre entre Paris et la Province. Où l’homosexualité est considérée comme une maladie.

Enfilons nos pattes d’éléphants, gardons nos poils sous nos aisselles et soyons libres. Catherine Corsini reproduit parfaitement l’ambiance des années 70, peut être à l’excès. Les féministes étaient elles ces nanas sur vitaminées et excessives telles qu’on les voit dans la première partie ? Toujours est il que le sujet est posé ainsi dès les premières minutes. Lorsque l’histoire d’amour entre Delphine et Carole se profile, le propos devient plus confus. Qu’a-t-on voulu mettre en avant ? Les droits de la femme, le droit d’être lesbienne ou les différences entre la vie à la campagne et la vie Parisienne ? 

La seconde partie est donc axée sur « l’amour est dans le pré », à s’embrasser, se caresser et faire l’amour dans la jolie campagne tout en se cachant du regard des autres.  La parisienne tente de s’approprier les codes de la ferme. 

Je m’aperçois que mes propos sont plutôt négatifs. Pourtant j’ai réellement apprécié ce film, notamment grâce aux performances de Cecile de France et Izïa Higelin, totalement crédibles dans ce couple qu’elles forment. L’émotion nous emporte pour oublier ce propos fouilli. On les aime, on les encourage. La fin est un peu convenue, mais qu’importe. Ce film est une magnifique ode à la Femme. (Petit bémol personnel pour l’abus de corps nus à l’écran, mais d’autres apprécieront sûrement)

Note : 7/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s