La Bretagne, ça vous gagne ! (Jour 2)

PROGRAMMATION_SAMEDI_1206Vous n’avez pas encore vécu la première journée ? Alors suivez ce lien : Jour 1

Le lendemain midi, soleil, barbecue, rendez-vous avec toute la fine équipe pour profiter encore de notre Manu. Photos de groupe, quelques notes de musique, et c’est déjà l’heure de repartir au festival pour la deuxième soirée. Il est un peu plus de 19 heures lorsque les DaYtona, groupe lyonnais découvert grâce à Manu (production Tekini Records), arrivent sur scène. Une fois de plus, trop peu de public pour un groupe de cette qualité.

C’est à ce moment là que je dois m’interrompre pour vous parler du seul point noir de Rock’Estuaire, la présence d’une grosse verrue dans la programmation rock de ce festival, en la personne de Soprano. Certes, il a fait venir une belle partie du public (pré-pubère pour la plupart). Mais quel manque de respect pour les artistes ! Des nanas installées au premier rang, assises, dos à la scène, et papotant. C’est dans ces moments là que je dois me souvenir que je connais de chouettes jeunes, ouverts aux autres, pour ne pas faire ma vieille. Bref, refermons la parenthèse (titre du troisième album des DaYtona) pour profiter de l’instant présent.  Une jolie pensée pour Dolly, et une minute de bruit en mémoire de Micka, émouvante.

Fin de ce set, discussions rapides avant de découvrir les Fatals Picards. Mea culpa, jusqu’ici on m’avait souvent dit du bien de ce groupe sans que je ne m’y sois finalement jamais intéressée. C’est donc avec une grande curiosité que je me suis approchée. 30 secondes plus tard, je vivais cela à fond. J’ai adoré chaque instant de ce set, passant du Petit bonhomme en mousse à Tri Martolod, en se moquant de la variété actuelle, lançant des piques sur Nolwenn et Soprano, ainsi que sur la sureté de la centrale électrique qui côtoie le lieu du festival. L’instant du pogo étant annoncé, je m’éloigne un peu des premiers rangs. Certains ne s’en sont pas remis (je vous reparle des filles du premier rang ? rire sardonique). Didier Wampas traine depuis quelques minutes dans les coulisses et fait son entrée sur scène pour les « taquiner » un peu. Il fera d’ailleurs un jet de guitare regretté par Paul, le chanteur. La revanche est promise.

Fin de ce set qui entrainera d’ailleurs pour nous la fin de ce festival. Car Soprano s’approche, et nous voilà entourés de gamines. Les premières notes (les premiers bruits ?) se font entendre et nous nous enfuyons. La pluie, absente ces deux derniers jours, fait son entrée. Y a t il une relation de cause à effet ? Toujours est il que nous ne verrons pas les Wampas sur scène (et la vengeance savoureuse des Fatals Picards).

Fin de cette parenthèse enchantée, les derniers se disent au revoir, en se promettant de se revoir bientôt, car chaque rencontre apporte son lot de joie et d’émotions.  Au prochain concert de Manu ?

Publicités

6 réflexions au sujet de « La Bretagne, ça vous gagne ! (Jour 2) »

  1. lily

    Bien vu. Même moi je ne suis pas rester jusqu’au bout malgré mes Wampas. Tant pis, une bonne excuse pour voir Didier sur une autre date. Mais je peux t’en parler un peu moi, de Soprano. Il a fait deux titres à lui. . Le premier était celui dont il vent la casquette 25€. Aussi cher que ces T-Shirt dont le floquage te reviendrait à 8€ chez décathlon. Néanmoins supportable. Le deuxième du Rap bom bom dont je n’ai même pas compris les paroles et pourtant c’était bien du français.Rien à voir avec le RAP de mes ainaînés et n’étant déjà pas fan. Mais bon , il y avait du texte. J’ai dis à franck on se barre quand il à masacré Michel Jackson et qu’il à fait une tentative sur Bob Marley. Ceux qui lui ont donné envie de chanter. Là , non ! On touche pas à ces grands noms. Le temps de repartir, on pouvait l’entendre chanter du Stromae . Franck me dit: mais il à fait que deux chansons ce type? Ce à quoi je réponds. Non non, je crois qu’il à fait deux albums. Il conclut : ba biiiiiip si au bout de deux chansons il en vient à faire des reprises….. Néanmoins pendant son concert à eu lieu un truc pas cool. Je tenais à le dire. On peut ne pas aimer, mais au même titre que les gamines habillé comme des … (mais que font leurs parents, le mort?) ,siffler , insulter , parler ou s’en prendre d’une autre manière c’est franchement nul. Surtout que ça visait les danseurs. Faites comme nous partez simplement.

    Répondre
  2. Eric

    Oui, on ne siffle pas un artiste sur scène, même si on n’aime pas ce qu’il fait, et même si ses fans à lui ont eu un comportement minable.
    Je respecte l’artiste (d’autant que lui semble beaucoup respecter son public, ce qui est à souligner) même si ce n’est pas du tout ma tasse de thé.
    Aprés, le « caler » entre les Fatals Picards et les Wampas, ce n’etait peut-être pas l’idée du siècle…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s