« La loi du Marché » de Stéphane Brizé

laloidumarcheAprès un licenciement économique difficile, Thierry doit se remettre dans la dynamique de recherche d’emplois : formations sans avenir, pôle emploi, atelier d’entretiens d’embauche, rien ne lui est épargné. Sa banque lui propose de vendre son bien immobilier au vu de ses maigres ressources. Mais il ne se laisse pas abattre et essaie toujours d’avancer. Ayant trouvé un emploi comme agent de sécurité dans un supermarché, il découvre une autre réalité toute aussi difficile à accepter.


Vous l’aurez compris, la dure réalité de la vie actuelle nous prend de plein fouet dès les premières minutes de ce film, avec un entretien insoluble chez Pôle Emploi. Mais doit on réellement parler de film dans ce cas ? Il s’agirait presque d’un documentaire avec un comédien, tellement la véracité des faits est flagrante. Tout le monde parle de la prestation exceptionnelle de Vincent Lindon, mais si incarner une personne normale est pour lui, un véritable rôle de composition, je m’incline. Moi qui aime beaucoup cet acteur, je la trouve assez banale.
Le festival de Cannes veut depuis plusieurs années mettre en avant les films de société. Pour ma part, le cinéma doit me faire rêver, pleurer, étonner. Et cette manie de filmer avec la caméra sur l’épaule me fait toujours autant vomir. Ici, on a droit à l’image floue, l’image qui bouge, les nuisances sonores. Si on ne comprenait pas que le sujet du film était plutôt déprimant, la technique nous le dira. Aucune véritable mise en scène, des séquences qui s’enchaînent, de très longs moments pour illustrer un propos, bref, on s’ennuie, on baille, on souffre.

Alors, certes, on ne doutera pas de l’envie de Stéphane Brizé de dénoncer l’absurdité de la loi du marché, mais quitte à en parler, autant le faire correctement.

Note : 4/10

Publicités

5 réflexions au sujet de « « La loi du Marché » de Stéphane Brizé »

  1. Patrick

    Ouch 4/10 c’est sévère 😉 Mais il est vrai que la noirceur du propos nous laisse exsangue… C’est sans doute par manque de moyen qu’ils ne fournissent pas la corde à la fin du film pour se pendre directement !

    Répondre
  2. lesdelicesdeminie

    Ah bah je reste bête après avoir lu ta critique, je ne l’ai pas encore vu, je voulais y aller mais je sais pas si je pourrais finalement, je me contenterai peut être de le regarder à la maison dans quelques mois.

    Répondre
  3. Ping : Mon bilan 2015 | lavisdejo

  4. Ping : « Je ne suis pas un salaud  de Emmanuel Finkiel | «lavisdejo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s