« Cendrillon » de Kenneth Branagh

350162.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxIl était une fois une jolie et gentille petite fille, au doux prénom d’Ella, dont la mère tomba malade et mourut. Son père se remaria alors, et Ella se retrouva dotée d’une marâtre et de deux demies-soeurs toutes aussi détestables les unes que les autres. Lorsque le père meurt, Ella se retrouve à jouer leur servante. Ses deux soeurs lui trouve alors un surnom : Cendrillon. Triste, elle s’enfuit dans la forêt, et se retrouve face à face avec le prince du royaume. Le charme agit aussitôt.

Je déteste les contes de fées. Les princes charmants n’existent pas. Mais lorsque ma petite zouave me demanda si on pouvait aller voir ce film, je ne pus lui refuser. J’entrainai alors mon grand zouave, à son grand désespoir, en me disant que cela serait juste un mauvais moment à passer. Alors, soit la bonne fée m’a jeté un sort, soit j’ai encore l’espoir que le prince charmant peut exister, mais j’ai trouvé ce film totalement en phase avec ce que l’on peut imaginer d’une transposition classique à la Disney d’un conte de fées pour les petites filles.

Aucun second degré (mais j’avais déjà eu mon lot de détournement dans Into the woods), aucun méchant vraiment affreux, Cendrillon et le prince charmant sont très beaux, que de beaux sentiments, mais l’immense Kenneth Branagh réussit le pari de  nous émerveiller et de ne pas nous ennuyer avec cette bluette à l’eau de rose.

Les acteurs sont tous très bons (hormis les deux demies-soeurs un peu surjouées), dont l’excellente Cate Blanchett (parfaite en marâtre), et le prince charmant, pas trop mièvre (le très mignon Richard Madden) . Les effets spéciaux sont plutôt réussis, notamment la transformation de la citrouille en carrosse et la sublime robe de bal de Cendrillon.

Alors, certes, ce n’est qu’une adaptation de plus d’un conte de fées, mais elle est plutôt réussie… pour une fois. Et elle a réussi à me déprimer à la sortie du film (ce qui fera peut-être l’objet d’un article)

Note : 6/10
Critique de petite zouave (6 ans 3/4) : Tout était trop bien.
Critique de grand zouave (10 ans 3/4) : C’était nul !
(On aurait pu s’en douter)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s