« Imitation game » de Morten Tyldum

573252.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAlan Turing est un jeune et brillant mathématicien et cryptologue anglais. Durant la seconde guerre mondiale, le gouvernement recherche des linguistes et cryptologues afin de casser le code Enigma, puissant code changé quotidiennement, utilisé par les allemands pour communiquer. Alan Turing va alors se consacrer à construire une machine à penser, qui permettra de décoder les messages et de gagner la guerre.

« Vous ne connaissez pas cet homme. Pourtant, il a changé nos vies. » Le pitch de ce film ne vaut pas pour tous. Quiconque aura effectué quelques études en informatique aura forcément entendu parler d’Alan Turing, le père de nos ordinateurs. Pour ma part, en étant informaticienne, il ne fait pas forcément partie des meilleurs souvenirs de fac, mais il fait en quelque sorte partie de ma vie. Lorsque j’ai vu la bande-annonce de ce biopic, je me suis sentie obligée d’y aller. Bien m’en a pris, puisque ce film est un véritable thriller, une course contre la montre sans aucun temps mort, avec un casting d’exception.

Benedict Cumberbatch y est impeccable (mais on n’en attendait pas moins de lui, cet acteur est formidable dans toutes ces interprétations) tout comme le casting masculin au complet, et Keira Knigthley impose une petite part de féminité bienfaitrice. Son personnage démontre la difficile parité de ce métier, et je m’y suis donc totalement reconnue, étant donné que le milieu informatique est toujours essentiellement masculin, et que les regards surpris se retournent toujours sur toi lorsque tu arrives sur un plateau avec 95 à 100% de mecs (plus de 70 ans après). Le problème de l’homosexualité à l’époque est également évoqué car Alan Turing l’était, et c’est ce qui lui causera sa perte. Sujet délicat extrêmement bien évoqué, et qui me fera couler de grosses larmes, tellement l’injustice est flagrante.

Aucun point négatif à évoquer, hormis peut être un traitement un peu classique de la réalisation, mais  lorsque le résultat fonctionne, pourquoi s’y arrêter ? D’autant que les scènes de guerre qui y sont montrées en filigrane tout au long de l’avancée des recherches nous permet de nous montrer l’intérêt énorme des travaux que ces hommes dans ce petit bureau accomplissent. Les biopics ont la côte en ce moment sur Lavisdejo !

Note : 8/10

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Imitation game » de Morten Tyldum »

  1. Ping : Mon bilan 2015 | lavisdejo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s