Vendredi soir au Trianon

IMG_4867En sortant de son concert à la Cigale, en avril dernier, j’espérais pouvoir revenir voir Miossec au Trianon, et c’était Vendredi soir. J’étais seule face à lui en Avril, cette fois-ci j’étais avec une amie afin de partager ces moments si précieux, le partage des maux et des mots. Une fois de plus, Miossec affichait complet pour un show d’une grande maitrise, une douce soirée en perspective. Après la première partie effectuée par Marie Modiano (fille de), il faudra patienter un peu avant son arrivée sur scène.

Impossible de lui en vouloir, cependant, tellement sa présence emplit immédiatement la magnifique salle du Trianon. Son énergie, sa rage, son humour, Miossec semble plus libre, plus épanoui que lors de son dernier concert. La set-list a été sensiblement remaniée, ce qui introduit un ressenti différent sur les différentes émotions produites. Les orchestrations magnifient les textes, la joyeuse équipe de musiciens (dont la splendide Nathalie Réaux, dont je vous ai déjà parlé) semble en harmonie pour nous fournir un son d’une très grande qualité.

Son dernier album nous est conté (avec une mention particulière pour « Qui nous aime », titre qui me colle à la peau). Et puis vient « Je m’en vais ». Quelle claque, ce titre, cette réorchestration. Le concert passe trop vite, on chante à tue-tête sur « la facture d’électricité », « Montparnasse ».

Premier rappel (et petite blague de Miossec), on a alors droit à « Rose », et surtout à « La mélancolie », absente en avril, une de mes chansons préférées et récurrentes dans les aléas de ma vie.

Second rappel, petit solo de Miossec avec toujours son humour et un petit « ils ont les chapeaux ronds… » avant de nous susurrer que « Les bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement ». Les musiciens reviennent pour nous entonner une version magistrale de « Brest », avant de terminer par « Que devient ton poing quand tu tends les doigts ».

Ovation, fin du concert, applaudissements prolongés, « On ne se serait pas cru à Paris ce soir » nous lance-t-il, preuve qu’il était heureux du retour du public.

Bière partagée avec mon amie au joli bar du Trianon, puis petit resto où nous nous racontons nos histoires de coeur, espoirs et désillusions, interrogations sur la vie, tout comme dans les chansons de Miossec. Il nous a parlé de la vie, de la mort, de l’amour, notre conversation prolongera tous ces thèmes.

Et finalement, au moment de nous quitter, nous rencontrerons ce grand homme, Miossec, à qui je baragouinerai un vague « Félicitations pour ce concert » et 2-3 mots peu compréhensibles tellement j’étais impressionnée, là, devant lui. J’aurais juste dû lui dire Merci !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Vendredi soir au Trianon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s