« Une nouvelle amie » de François Ozon

487904.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxClaire et Laura sont amies depuis l’enfance, à la vie, à la mort. Et c’est celle-ci qui les sépare, Laura restant seule, après le décès de Claire. Cette dernière lui a demandé de toujours veiller sur David, son mari, et Lucie, sa fille. Mais Claire, en pleine dépression, découvre par hasard que David se travestit pour s’occuper de Lucie. Cela la perturbe, la fait fuir, mais finalement, elles vont s’apprivoiser… jusqu’où ?François Ozon / Romain Duris, le duo infernal qui relie l’un des cinéastes que j’ai le plus détesté et mon acteur préféré, voici le dilemme que me proposait cette affiche, en ce vendredi après-midi. Et lorsque le noir et le silence se fait dans la salle (hormis les mamies derrière moi, dont je vous reparlerai), je me pose la question de savoir si je vais passer un bon moment, ou si je vais crier au désastre.
1h47 plus tard (et hormis quelques réflexions très « vieille france » de la part des mamies, dont je ne vous ferai pas l’affront de retranscrire ici), je ressors ravie face à cette ode à l’acceptation de soi et du regard des autres, si essentiel en ces périodes compliquées. Ce nouvel opus de François Ozon est moins dérangeant que les précédents (si on est ouvert aux autres, bien entendu, puisque cela parle clairement de l’homosexualité et de la transsexualité). La tension sexuelle, amicale, … entre les deux personnages principaux (Romain Duris et Anaïs Demoustier) est telle qu’on en ressort totalement exténué. Romain Duris est définitivement mon acteur préféré, car même s’il ne devient pas femme, ses traits étant tellement masculins, il nous embarque totalement dans son histoire, au point que les larmes coulent lorsqu’il se sent rejeté en tant que femme. Anaïs Demoustier est elle-même totalement exceptionnelle et troublante dans ce rôle si ambiguë de femme amie/amante. Seul Raphaël Personnaz semble un peu inutile jouant le rôle du mari un peu homo et aussi inintéressant que possible.

Mise en scène, photo, lumières, musiques réussies, la cote de François Ozon remonte donc inexorablement, loin est le temps de « Gouttes d’eau sur pierres brulantes », film le plus detesté  au monde.

Note : 7,5/10

L’info en + : J’ai lu ici et là des critiques relevant que ces gens vivaient dans de belles maisons, sans aucun souci d’argent, jouant au tennis, et ne se préoccupant que de soi… Ce film ne parle que de l’humain face aux autres humains, et d’aucune manière des problèmes financiers de la société,  critiques que je qualifierai donc de totalement nulles et déplacées.

Quand aux mamies derrière moi, je ne les remercie pas de m’avoir gratifiée de remarques déplacées tout au long du film. Allez, je vous offre la remarque au mot FIN : « C’est quand même pas normal, tout ça ! »

Publicités

7 réflexions au sujet de « « Une nouvelle amie » de François Ozon »

  1. Sébastien Pillien

    Il y a des thèmes qui émergent en ce moment dans la société. On voit de plus en plus de reportages sur la transexualité masculine, et plus rarement féminine. Sur ce point, ça ne me dérange pas, l’essentiel est le bien être psychologique de la personne. Mais une de mes réactions qui m’a fait c’est un reportage sur les femmes qui ne s’épilent pas les jambes pour faire comme les hommes. Et là, j’ai presque naturellement été choqué 😉 . J’en souris mais je me suis demandé si c’était normal que ça me choque. La dame en question avec des mollets ..d’homme.

    Répondre
  2. Ping : « A trois, on y va  de Jérome Bonnell | «lavisdejo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s