Des hauts, des bas

DSCN2092

Non je ne vous parlerai pas de mode (en ce moment je suis un peu déconnectée du shopping) ni de la chanson de Stéphan Eicher (encore un que je n’ai jamais vu en concert même si j’ai déjà eu droit à un sourire de sa part à la sortie d’une pièce d’Edouard Baer). Je compte bien sûr vous parler de mon moral. C’est une vraie fête foraine, un grand huit incessant, je peux être au plus haut et au plus bas dans une même journée.


– M’embrouiller avec un pote et être fière de ma pupuce qui arrive à lire.
– M’inquiéter pour l’avenir de ma petite famille et voir le soleil qui brille.
– Bouillir contre l’injustice et rire avec mes collègues.
– Voir une photo de mon ex et avoir un simple petit compliment.
– Etre impuissante face aux petits problèmes de mes enfants et entendre me dire « je t’aime maman ».
– Ne plus croire en l’amour et m’émouvoir devant un bébé.
– Crier sur mes enfants et les serrer très fort dans mes bras.
– Déprimer devant Blue Valentine et me marrer devant le Bachelor.

Le jour où je n’aurai plus que des hauts sera surement le jour où mon beau brun ténébreux me dira je t’aime sincèrement, tendrement, tout simplement, et que rien ne me semblera impossible.

J’aimerais aussi qu’il n’y ait jamais de bas pour mes enfants, en tout cas le moins possible, qu’ils soient heureux et ne s’inquiètent pas au moindre problème (comme leur mère).

On m’a déjà dit qu’il fallait toucher le fond, donner un coup de pied et remonter. Je sais que je ne toucherai jamais le fond car malgré mes bas, un simple petit détail peut me faire remonter…

C’est déjà ça, non ?

Publicités

6 réflexions au sujet de « Des hauts, des bas »

  1. cubala

    L’important c’est d’accueillir ce que tu ressens et de na pas paraître aux yeux des autres. Ton article me dit que tu assumes maus pas encore complètement.
    Quand j’ai mes bas (oui, je travaille dans la lingerie ; ), je me dis simplement que je suis humain et que j’ai le droit de ne pas être au top tout le temps. Rien que ça fait que je tends déjà vers le haut 🙂

    Répondre
      1. cubala

        Si ça s’ avère compliqué pour toi et ton entourage, jette un coup d’oeil à la CNV. C’est un bel outil que tout le monde devrait maîtriser à mon sens 🙂

  2. Eric

    Je connais que trop bien ce symptome de « montagne russe », même si aujourd’hui il est beaucoup moins violent qu’il y a quelque mois…(pour résumé, je pouvais passer de l’euphorie aux larmes, parfois sans réelle raison). Même si tu sembles l’assumer et avoir un esprit positif par rapport à çà, il faut faire quand même attention. Cela peut être un signe annonciateur de fatigue psychologique, voire de début de dépression, surtout si cela s’accompagne d’autres symptômes.
    Ceci dit, si tu as toujours été plus ou moins comme çà, il n’y a pas non plus de quoi s’alarmer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s