« Alabama Monroe » de Felix Van Groeningen

21001711_20130426125343183.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxDidier, chanteur de bluegrass rencontre Elise qui tient un salon de tatouage. De leur amour fou nait une petite fille, Maybelle. Leur histoire se construit peu à peu au rythme de la musique, jusqu’à ce que l’on détecte des cellules cancéreuses chez leur petite fille.

J’avais été attirée vers ce film par son affiche et son titre. Rien d’autre. Puis avant d’aller le voir, j’ai tout de même regardé la bande annonce. Et là, je me suis dit, « soit je vais adorer, soit je vais détester ». Pas de sensation mitigée. Et c’est le cas.
Ce film est magnifique et bouleversant. Cette sublime et douloureuse histoire d’amour est remarquablement racontée, dans un désordre chronologique qui aide à mettre un peu de douceur dans beaucoup de douleur. Si vous aimez le Bluegrass (style de country), le film est parsemé de chansons douces et remarquablement interprétées. Vous imaginerez aisément que j’ai pleuré. Mais là, ce ne sont pas que quelques pleurs, mes yeux ont été de vraies fontaines durant la majeure partie du film. Cette histoire nous donne tellement de sensations, la peur de la maladie de son enfant, l’effort de vivre malgré tout, et beaucoup de questions, comment se tenir les coudes, comment avancer.
Enfin un très bon film, qui nous vient de Belgique (le flamand en VO, je ne comprends pas grand chose par contre). Il n’est pas dans beaucoup de salles, allez y vite, donc !

Note : 8/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s