« Pour une femme » de Diane Kurys

21007439_20130522104420991.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxA la mort de sa mère, Anne retrouve des photos de ses parents, Léna et Michel, dans leur jeunesse. Ils se sont rencontrés dans un camp (à Rivesaltes) et en sont ressortis fiancés.

Elle décide de rechercher qui pouvait être Jean, le frère de son père, qu’ils ont hébergé durant quelques temps, après la guerre. Quelle a été réellement leur histoire ? Qu’était il venu faire ? Qu’est il devenu ensuite ?

Je vais commencer par les mauvais points qui m’ont sauté aux yeux :

  • Europacorp s’affiche devant mes yeux. Premier mauvais point.
  • Le générique commence avec « Diabolo Menthe ». Diane Kurys recycle ses anciennes BO. Deuxième mauvais point (bien que Diabolo menthe, j’adore).
  • Les allers-retours entre les années 40 et les années 80 sont un peu inutiles. Troisième mauvais point. Le scénario des années 40 suffisait au film.

Il n’y a pas que des mauvais points, les acteurs sont très très bons (Nicolas Duvauchelle est toujours aussi craquant, Benoit Magimel, très convaincant, Mélanie Thierry dans une moindre mesure… sa moue persistante me fatigue un peu), le scénario est plutôt intéressant, les seconds rôles sont bien présents.
La réalisation est classique, vieillissante, tout comme le public de ce film (encore une salle pleine de retraités, je les accumule en ce moment).
Au final, un film du « Dimanche soir sur TF1 » (ok celui ci est financé par France 3), pas mieux.

Note : 5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s