« Du vent dans mes mollets » de Carine Tardieu

Rachel, 9 ans en 1982 (si vous comptez bien, cette petite fille est née en 1973 – un bon point pour ce film 😉 ) a quelques angoisses concernant la vie et la mort. Ses parents ne font plus d’efforts pour se plaire et se séduire, la vie de cette famille est plutôt triste. Elle fait la connaissance sur les bancs de l’école, de Valérie, et par la suite de son grand frère et de sa maman divorcée. Cette rencontre va changer sa vie et celle de sa famille.

Petit film tendre et drôle, pleins d’émotions, cette histoire ne cherche pas à nous donner de leçon. Il cherche juste à nous parler de la vie d’une famille, de l’évolution dans le temps, de petits signes qui peuvent faire évoluer… de l’enfance, du monde adulte, de la mort.
Pourquoi l’âge de la petite fille et l’année où se situe l’action est importante ? Car la réalisatrice a décidé de nous plonger dans les années 80, de goldorak, d’E.T., de la dictée magique, du jeu Game&watch Donkey Kong, de la pub pour Banga, du club des amies de Barbie… le film est parsemé de références des eighties qui fait du bien à une petite fille de 1973 devenue adulte (là, je parle de moi, hein !). Quelques références à « la Boum » sont également fournies, preuve que ce film ME parle, à moi et à ma génération.
Le début de ce film est malheureusement un peu long, avec un focus assez ennuyeux sur la mère juive, interprétée par Agnès Jaoui, actrice qui généralement me plait beaucoup, et qui m’a assez insupporté dans ce film (mais son rôle n’est pas très agréable non plus). Les autres acteurs sont par contre totalement parfait, Denis Podalydès, Isabelle Carré absolument magnifique (j’adore cette actrice), et les 2 petites filles, Juliette Gombert et Anna Lemarchand sont à croquer !
Le traitement de l’image prend parfois le grain des films des années 80 (j’ai adoré), la musique accompagne également parfaitement ce petit bonbon.
Bref, un bon moment à passer, pas pour tout public, je peux comprendre que cela ennuie fortement, mais si vous aimez les jolis petits films français avec une jolie histoire, des dialogues savoureux, de l’émotion (j’ai pleuré à deux moments, et j’ai quitté la salle de ciné, des larmes pleins les yeux), et de très bons acteurs (et les années 80), allez y !

Note : 6/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Du vent dans mes mollets » de Carine Tardieu »

  1. Ping : “Cherchez Hortense” de Pascal Bonitzer « lavisdejo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s